En version luxe ou vegan, le kebab risque de perdre son âme